Добро пожаловать
Вход / Регистрация

"Un soupçon d'Hamlet" - bande annonce (2003)

Спасибо! Поделитесь с друзьями!

URL

Вам не понравилось видео. Спасибо за то что поделились своим мнением!

Sorry, only registred users can create playlists.
URL


Добавлено by Admin В Royal quest обзор
6 Просмотры

Описание

Spectacle créé en 2003
Traduction : André Markowicz
Ecriture, mise en scène, scénographie : Eric Sanjou
Interprétation : Christophe Champain, Frédéric Klein, Eric Sanjou

Synopsis :
Après la mort de son mari, Roi de Danemark, la Reine s’est remariée avec son beau-frère. L’apparition du fantôme de son père, révélant son assassinat par son propre frère, pousse Hamlet à chercher vengeance. On ne se méfie pas des fous... Dans une apparente déraison, Hamlet et ses paroles, le théâtre aussi, seront les instruments pour parvenir à la conscience et peut-être à la vengeance...
Hamlet invite des comédiens à représenter une tragédie similaire au meurtre de son père pour confirmer la culpabilité du nouveau Roi. Il se confronte à sa Mère, effarée par son attitude et tue Polonius qui les épiaient. Hamlet, tout à ses désillusions, repousse Ophélie, qui devenue folle se noie. Le Roi organise un duel truqué entre Hamlet et Laërte, le frère d’Ophélie, au cours duquel le poison initialement destiné à Hamlet, conduit tous les protagonistes à la mort : la Reine Gertrude, Le Roi Claudius, Laërte et Hamlet.


En 2003, la Cie Arène Théâtre propose ce premier opus shakespearien : "Un Soupçon d'Hamlet (spectacle définitivement provisoire)". Puis en juillet 2007, Eric Sanjou propose la création de "La Nuit des Rois" dans laquelle jouent Frédéric Klein (Maria et Sébastien) et Christophe Champain (Viola/Césario). Après "La Nuit des Rois", l'envie de revenir à Hamlet était soudain très forte, c'est donc naturellement que la Cie retravaille et propose à nouveau "Un Soupçon d'Hamlet", pas définitif mais toujours provisoire comme le théâtre inépuisable de Shakespeare.

"Il y en a un qui peut être ou ne pas être Hamlet... Il y en a deux qui viennent voir comment ça se joue... Il y a des crânes, des restes de personnages, quelques lambeaux de spectres. Ça se construit là sous nos yeux et puis ça disparaît... C’est toujours la même histoire, ludique et grave.
C’est beaucoup de tout ça, ça ressemble au théâtre... et c’est un peu Hamlet.
Comment résister à Shakespeare ? Comment résister à la tentation d’Hamlet ? Voici une forme étonnante sur cet insondable gouffre qu’est Hamlet. Une manière d’ouvrir la boîte crânienne d’une oeuvre dont le théâtre serait le cerveau fou. Représenter Hamlet, c’est sans doute se poser la question de la scène. Alors les formes théâtrales se multiplient, les actes se reproduire, le texte se re-composer pour faire naître une question et sans doute une fable.
Un soupçon d’Hamlet avec trois interprètes...

“Un soupçon d’Hamlet” ne respecte pas forcément la chronologie de la pièce mais donne à voir toutes les étapes du “deuil agité” d’Hamlet. Ça se joue dans un espace fermé de toile, verrouillé par une paire de mains, devant lequel trône un couple royal de mannequins. Et puis tout cela évolue, s’ouvre. Les spectres de la représentations apparaissent, les costumes vides s’animent, les mannequins prennent vie, le plateau castelet se creuse, s’éclate et permet une pantomime du meurtre en 16/9è dérisoire...
C’est du théâtre et c’est définitivement provisoire."

Eric Sanjou (2003)
www.arenetheatre.fr

Написать комментарий

Комментарии

Комментариев нет.
RSS
Яндекс.Метрика